Vendredi/Freitag 25 Mars 21h

LES COULOIRS DU TEMPS   Jazz

Le saxophoniste Michael Alizon invite le pianiste Jean-René Mourot pour la création d’un nouveau répertoire : “Les couloirs du temps”, en janvier 2015. Les deux musiciens se lancent dans une série de dialogues, inspirés du jazz, des musiques improvisées, et du rock, dans un son et une interprétation actuelle. L’écriture est innovante par sa confrontation entre des influences comme le blues, la musique de Philip Glass, les comptines, et le langage coloré du hard-bop. Ils croisent ici leurs expériences, leurs sensibilités musicales, autant écrites qu’improvisées. Le répertoire est conçu autour de pièces écrites par les deux protagonistes, le leitmotiv étant le temps : le temps passé, le temps présent, mais aussi le temps de la rencontre, du dialogue, le temps musical, le tempo… Le concert peut s’apparenter à un récital chambriste et intimiste, sans aucune forme d’électronique, entièrement acoustique. Dans les compositions, on retrouve une écriture contrapuntique et rigoureuse, dans un jeu de précision, et des moments improvisés en rapport avec les éléments d’écriture, le tout dans une conscience de l’instantané. La complicité entre les deux musiciens permet un jeu très varié dans les dynamiques, et une grande spontanéité dans le déroulement des pièces. La légèreté de la formule permet un espace de liberté, et de surprise dans l’interprétation du répertoire.

Der Saxophonist Michael Alizon hat im Januar 2015 den Pianisten Jean-René Mourot eingeladen bei seiner neuesten Kreation “Les couloirs du temps” mitzuwirken. Die beiden Musiker haben sich seitdem in einer Folge von Dialogen begeben, inspiriert vom Jazz, der improvisierten Musik und dem Rock, stets in einer aktuellen Interpretation. Einflüsse aus dem Blues, der Musik von Philipp Glass, und der farbigen Sprache des Hard-Bop stehen Pate. Sie verschmelzen hier mit ihren musikalischen Erfahrungen, sowohl in den Kompositionen als auch in der freien Improvisation. Der rote Faden ist die Zeit: die Vergangenheit, die Gegenwart und auch die Zeit der Begegnung, des Dialogs, die musikalische Zeit, das Tempo … Das Konzert ähnelt einem Kammerkonzert; intim und ohne elektronischen Schnickschnack. In den Kompositionen gibt es zwar einen strengen kontrapunktischen Aufbau, der sich im freien Spiel weiter auflöst: Ein abwechslungsreiches Konzert, überraschend und frei, getragen von der Komplizenschaft der beiden Musiker.